Ciné-Club

Séance précédente

Un docu-fiction mélancolique et contemplatif,

une chronique familiale émouvante qui témoigne de la fin d’une ère.

AGA, de Milko Lazarov, 1h37

La cinquantaine, Nanouk et Sedna vivent harmonieusement le quotidien traditionnel d’un couple du Grand Nord. Jour après jour, le rythme séculaire qui ordonnait leur vie et celle de leurs ancêtres vacille.
Nanouk et Sedna vont devoir se confronter à un nouveau monde qui leur est inconnu.

 

Ce qu’en pense Télérama : Les scènes de complicité amoureuse du vieux couple dans la chaleur de sa yourte sont éclairées avec une grande douceur — l’influence de Vermeer est évidente. Et les extérieurs flirtent avec l’abstraction dans des plans fixes splendides où la terre semble constamment se confondre avec le ciel. […] La mise en scène poétique de Milko Lazarov utilise avec intelligence les symboles et les rimes visuelles. […] Le cinéaste bulgare recourt à la puissance des rêves et des mythes pour transformer sa chronique du quotidien iakoute en un conte universel sur les liens indissolubles entre parents et enfants. Un conte touché par la grâce. (Samuel Douhaire) 

Ce qu’en pense La croix : Le réalisateur, aux cadrages très picturaux, filme la beauté des paysages et de ces gestes immuables mais aussi la tendresse de ce couple qui s’exprime avec peu de mots. […] Pour ce deuxième long-métrage, tournée en 36 jours dans des conditions polaires, Milko Lazarov signe un film original et bouleversant d’humanité, dont la poésie et la beauté, invite à une forme de méditation métaphysique bienvenue dans une époque livrée à la frénésie de la communication. (Céline Rouden)

Ce qu’en pense Culturebox : Une bande son sobre et travaillée donne une dimension particulière à une action discrète mais prenante. Comme lors de l’écoute poignante sur un poste de radio de l’adagio de la 5e symphonie de Mahler, dont l’émotion traduit tant le paysage du Grand Nord que le désarroi de Nanouk et Sedna face à l’absence d’Aga, leur fille partie. De cet univers glacé ressort la chaleur de sentiments puissants éprouvés par deux êtres dont le regard est orienté dans une même direction. Visuellement splendide, « Aga » est une leçon d’amour. (François Forestier, 17/07/2018)

Au cinéma municipal Les Variétés de Bellegarde-sur-Valserine :

. jeudi 13 décembre à 20h
. samedi 15 décembre à 18h
. mardi 18 décembre à 20h

Abonnez-vous à la newsletter du Ciné-Club

Retrouver le Ciné-Club ActiVals sur les réseaux sociaux
Objectif du Ciné-Club: Les participants du Ciné-Club ont pour objectif la sélection et la diffusion d’une offre cinématographique complémentaire à celle diffusée par le cinéma Les Variétés de Bellegarde, et l’organisation des séances correspondantes. Ainsi sur l’ensemble de l’année scolaire sont organisées :

  • La diffusion d’une douzaine de films uniques (3 séances par film)
  • Trois semaines thématiques au cours desquelles sont diffusés 4 films (2 séances par film)
Qui sommes-nous? Les participants du Ciné-Club sont des cinéphiles de milieux, âges et sensibilités divers mais qui ont en commun un amour et un attachement au cinéma en tant qu’art. Très au fait de l’actualité cinématographique, les participants se réunissent deux fois par mois pour discuter de l’actualité du cinéma. De ces discussions passionnées est établie une sélection de films éclectiques d’Art et Essai, de films de genre, d’auteurs reconnus mais aussi parfois méconnus du grand public.